De belles actions pour les plus démunis à quatre pattes

SDF et message sur carton
Un peu de compassion pour des Hommes et des animaux laissés pour compte

UNE ASSOCIATION AU GRAND COEUR

Qui dit fin de l’année dit Noël, mais dit aussi froid. Mais quand c’est la fin de l’année et qu’on vit dans la rue, les choses sont tellement différentes que celles que l’on vies à l’abri, bien au chaud, en sécurité, ne pas avoir à se soucier de ce que la journée nous réserve, ne pas se demander comment on va survivre à ce milieu hostile qu’est la rue…

« L’association Aide aux animaux Normandie, créée en mai dernier, a eu l’idée de proposer à tous ceux qui le désiraient de confectionner une box de Noël à destination des fidèles compagnons animaliers des sans-abri. Une initiative qui rencontre un franc succès !

Le principe est simple : il suffit de rassembler dans une boîte un jouet, une friandise, un produit de soin et un objet dans un carton et de le déposer au siège de l’association. « On pense immédiatement aux chiens, mais nous recevons également des box « chat ». Car, oui, il y a des personnes en difficulté, sans domicile fixe, qui partagent leur quotidien avec un félin. Nous aidons également une personne qui a un furet ! »

Une distribution avant Noël

L’association – qui récolte et distribue de l’alimentation, des jouets et des produits de soins pour les animaux des sans-abri – étant toute jeune, la dizaine de bénévoles interviennent pour l’instant uniquement dans la ville du Havre. Ils prévoient de distribuer les boîtes la semaine précédant celle de Noël. « On gâtera au moins une vingtaine d’animaux, ça, c’est sûr », se félicite le fondateur d’AAN. »

Pour déposer ou envoyer une box : 
07 49 49 71 07
64, quai Lamblardie, 76600 Le Havre

Une belle preuve de générosité

(Source : https://www.animaux-online.com/article,lecture,2510_le-havre-une-box-de-noel-pour-les-animaux-de-la-rue.html)

Une autre action, louable elle aussi, qui vient compléter celle dont on a parlé précédemment : l’aide vétérinaire auprès de sans-abri.

DISPENSAIRE VETERINAIRE ETUDIANT DE LYON

C’est une jeune étudiante de 25 ans, Ana Alkan, qui est la coprésidente de l’association Dispensaire vétérinaire étudiant de l’ecole Veta gro sup, de Lyon. Elle fait sa thèse sur les sans domicile fixe et les liens qu’ils entretiennent avec leurs animaux.

Ana Alkan organise des maraudes à travers Lyon en compagnie de 120 autres étudiants bénévoles qui mettent leur temps libre à la disposition de cette noble cause. Deux fois par semaine, les étudiants et leurs stéthoscopes arpentent les rues mais aussi se déplacent dans les foyers d’hébergement pour donner des conseils et nourrir les animaux des personnes sans domicile fixe. Ces maraudes ont permis à Ana de « mesurer les liens très forts qu’entretiennent les maîtres avec leurs bêtes ». En effet, certaines personnes préfèrent nourrir leur animal plutôt que « s’alimenter elles-mêmes » explique Ana. »

« Depuis 2016, des étudiants-bénévoles du Dispensaire vétérinaire étudiant de Lyon (DVEL) viennent régulièrement soigner gratuitement les animaux des personnes sans-abris.

Les étudiants les rassurent le plus possible et expliquent les démarches qu’ils vont faire sur leurs animaux. Généralement, ils sont trois étudiants à effectuer les soins tandis qu’un professeur les supervise. Depuis l’ouverture de ce dispositif, plus de 200 animaux ont été soignés et vaccinés par l’équipe du dispensaire.

D’un point de vue légal, ils ne peuvent que donner des conseils, apporter aussi croquettes, laisses, friandises et quelques conseils de vétérinaire destinés aux animaux des sans domicile fixe. À chaque maraude, les bénévoles rencontrent en moyenne 25 chiens. »

Nécessité de soins sur le terrain

« Nous n’avons pas le droit de soigner« . »Notre objectif est de faire un maximum de médecine préventive pour les propriétaires de ces animaux” déclare Ana Alkan. .

«Dans la rue,notre action est malheureusement très limitée, précise Ana au micro de France Inter».

« Face à cette situation, la co-présidente a écrit un courrier au ministère de l’Agriculture et de l’alimentation. Elle espère ainsi obtenir l’autorisation pour son association de mettre en place des soins ambulants avec une camionnette. Aujourd’hui c’est chose faite puisque une fois par semaine, une camionnette, prêtée par l’école vétérinaire VetAgro Sup de Lyon, fait le tour des centres d’hébergements, des accueils de jour et dans les rues de l’agglomération lyonnaise. Durant une après-midi, les personnes sans-abris viennent avec leur animal de compagnie les faire soigner. Toutes les espèces animales sont les bienvenues. “Nous avons régulièrement des chiens mais aussi des chats, des rats et même des lapins !” raconte Ana Alkan.

« Actuellement, de nombreuses associations s’engagent contre l’exclusion des SDF, mais peu se préoccupent de leurs animaux. Le duo homme-animal n’est pratiquement jamais accepté en centre d’hébergement. Certaines de ces structures refusent de les accueillir ou même de les aider à suivre une démarche administrative s’ils viennent avec leur animal. »

« Aujourd’hui, cinq structures d’hébergements ont accepté d’accueillir à Lyon le duo homme-animal. “Dans ces centres, nous mettons à disposition un suivi sanitaire, vétérinaire et comportemental des animaux accueillis” précise le dispensaire vétérinaire sur leur site web.

L’école vétérinaire de Lyon est la seule en France à proposer ce service. Grâce à ce dispensaire vétérinaire, “les animaux présents dans les rues de Lyon sont indemnes de maladie et de parasites. Cela représente un véritable aspect positif en termes de santé publique” conclut l’association DVEL.

Mais comme ç’a étédit plus haut, il existe des limites dans les soins dispensés : toutes les interventions ne peuvent pas être faites. “La castration ou les lourdes opérations ne sont pas possibles. Nous n’avons pas le matériel et ni le financement nécessaires” détaille Ana Alkan. Pour financer leur équipement médical, le dispensaire fonctionne par système de donation et par le biais de différents partenaires. »

« Les soins vétérinaires sont très chers, voire inaccessibles pour certains. Les personnes sans-abris sont les premières touchées par ce problème. Résultat, leurs animaux sont souvent en mauvaise santé.

Pour les personnes sans-abris, c’est une chance qu’un dispositif comme celui-ci soit installé. Dans un reportage de France Inter, une personne sans domicile fixe déclare : “au début, j’allais dans un cabinet vétérinaire mais on me demandait presque 150 € juste pour une consultation. Tout mon RSA passait dedans”.

Il faut dire qu’un animal de compagnie est bien plus que cela pour un SDF, c’est un soutien indéfectible, une présence rassurante, une responsabilité aussi, car il faut s’en occuper. “C’est grâce à mes chiens que j’ai pu sortir de la rue et me reprendre en main” témoigne un autre sans-abri sur France Inter. Le dispensaire vétérinaire cherche à utiliser l’animal comme un médiateur pour réinsérer leur propriétaire dans la vie sociale et active.

(Source : https://www.lebonbon.fr/lyon/news/etudiants-veterinaires-lyon-aide-animaux-sdf/).

UNE AUTRE BELLE ACTION POUR LES ANIMAUX DE SANS-ABRI

Où vont des SDF pendant l’hiver, quand ils ont des animaux de compagnie? Voici ce qu’a mis en place pour eux, 30 millions d’amis.

ET UNE AUTRE ENCORE…

« Berlin : au volant de son camion-clinique, cette vétérinaire sillonne les rues pour soigner gratuitement les chiens des sans-abri.

Direction l’Allemagne et sa capitale Berlin à la rencontre d’une vétérinaire pas comme les autres qui a le coeur sur la main.

 La vie dans la rue n’est pas de tout repos pour les sans-abri, mais aussi pour leurs fidèles compagnons à quatre pattes, qui méritent que l’on prenne soin d’eux.

Ces chiens qui arpentent les ruelles jour après jour aux côtés de leurs maîtres, souffrent en effet et ne sont pas à l’abri de blessures plus ou moins graves.

Et, les propriétaires d’animaux domestiques le savent mieux que quiconque, les soins vétérinaires ne sont pas à la portée de tous les portefeuilles.

D’autre part, certaines cliniques rechignent à accueillir des sans-abri par peur de ne pas être payés, ou simplement par méfiance.

« HundeDoc », le camion clinique qui sillonne les rues de Berlin pour soigner les chiens de sans-abri

Dans ces conditions, soigner son animal peut s’avérer compliqué voire impossible pour les personnes sans domicile fixe.

Une situation intolérable pour Jeannette Klemmt, qui a récemment fait l’objet d’un documentaire de la part de nos confrères d’Arte.

Cette vétérinaire berlinoise sillonne ainsi les rues de la capitale allemande depuis 20 ans, pour proposer ses services gratuitement aux sans-abri.

Au volant d’une ambulance baptisée « HundeDoc » (« médecin des chiens »), qu’elle a aménagée en camion-clinique au début des années 2000, Jeannette part ainsi à la rencontre des plus démunis pour soigner leurs animaux souffrants.

Crédit photo : Capture d’écran Arte

En plus de ces maraudes solidaires, Jeannette travaille en étroite collaboration avec des centres d’accueil, pour y rediriger parfois ceux qui sont le plus en détresse, permettant ainsi de faire le lien avec des structures dont les sans-abri ont parfois tendance à se méfier.

Crédit photo : Capture d’écran Arte

Aujourd’hui, « HundeDoc », financé exclusivement par des dons depuis 20 ans, est la seule initiative du genre à Berlin.

Un véritable sacerdoce pour Jeannette qui a pourtant de plus en plus de travail, constatant que la pauvreté gagne du terrain. »

Étiquettes:

1 commentaire pour “De belles actions pour les plus démunis à quatre pattes”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *